Local de charge pour batteries

Il est recommandé par les organismes de sécurité au travail de regrouper l’ensemble des batteries d’un entrepôt dans une zone identifiée.

Une personne est généralement nommée responsable du stationnement des chariots élévateurs électriques à un endroit précis, non commun aux emplacements de remplacement et recharge des batteries. Cette même personne doit :

  • Abaisser les fourches
  • Couper le contact
  • Serrer le frein de stationnement

 

Les 5 règles à respecter lors des chargements des batteries de chariots élévateurs :

  1. Effectuer l’opération dans un endroit ventilé
  2. Ne pas fumer ni allumer de flamme nue à proximité d’une batterie en charge car la charge d’une batterie entraîne le dégagement d’hydrogène
  3. Ne pas poser de pièce métallique sur la batterie
  4. Faire le plein d’électrolyte avec de l’eau distillée ou déminéralisée
  5. Respecter les prescriptions du constructeur selon l’équipement du chariot

Attention, les locaux de charge de batteries peuvent se trouver soumis à la réglementation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), sous la rubrique n°2925 « Ateliers de charge d’accumulateurs ». Dès lors que la puissance maximale de courant continu utilisable pour cette opération [charge d’accumulateurs] est supérieure à 50 kW, le local est soumis au déclaration ICPE.

Le régime de la déclaration ICPE entraîne de nombreuses contraintes administratives et organisationnelles ainsi que différents contrôles (voir le Code de l’environnement et l’arrêté du 29/05/2000 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées pour la protection de l’environnement soumises à déclaration sous la rubrique n°2925).

 

Attention également, les locaux de charge de batteries peuvent constituer des zones ATEX au sens du Code du travail. Dans ce cas, des mesures de prévention des risques doivent être prises : les zonages doivent être matérialisés, les équipements électriques doivent être mis en conformité, les travailleurs doivent être informés/formés (voir le Code du travail, articles R4227-42 à R4227-54).